lalanne02

 

PIERRE-HENRY DE LALANNE

Fontarabie

SES MONUMENTS - SON HISTOIRE

 1896

PARIS ALBERT SAVINE, EDITEUR 14, Rue des Pyramides et Rue d'Argenteuil ,  

_

PREMIÈRE PARTIE

SOMMAIRE

CHAPITRE I

L'ARRIVÉE. — LA PORTE PRINCIPALE

CHAPITRE II

LA CALLE MAYOR (RUE PRINCIPALE). — CALLE DEL OBISPO (RUE DE L'ÉVÊQUE). — MAISON ETCHEBESTENEA. — HISTOIRE. RETOUR A LA CALLE MAYOR. — MAISON DE LABORDA (ANCIENNE MAISON VENESA). — MAISON IRIARTE. — MAISON DE ARBURUNEA. — LA MAIRIE. - LA MAISON DIEGO BUTRON. — MAISON ZULOAGA DE TORREALTA. — MAISON DE CASADEVANTE. MAISON LADRON DE GUEVARA.

CHAPITRE III

SANCHO ABARCA ET LA MAISON DE GUSTIZ

CHAPITRE IV

CALLE PAMPINOT. — CALLE UBILLA. — CASA DE ARSU

CHAPITRE V

LE  PALAIS DE CHARLES-QUINT

_______________________________________________________________

CHAPITRE VI                  PRECIS D’HISTOIRE

 

DEUXIEME PARTIE

_____________________________

CHAPITRE PREMIER

L'ÉGLISE DE FONTARABIE

CHAPITRE II

HISTOIRE DE L ÉGLISE DE FONTARABIE

CHAPITRE III

SÉPARATION DE L'ÉGLISE DE FONTARABIE

CHAPITRE IV

TRÉSORS ET SOUVENIRS

CHAPITRE V

LES ALENTOURS DE FONTARABIE

_____________________________________________________

APPENDICE

 

 

 

////////////////////////////////////////////////////////////////////

  

 lalanne

lalanne00

   

CHAPITRE I

L'ARRIVÉE. — LA PORTE PRINCIPALE

 

Le voyageur qui, au lieu de poursuivre sa route au delà de la frontière, s'arrête à Hendaye pour traverser la Bidassoa, sur la barque de Joaquin ou de quelque autre pêcheur à la figure cuivrée, se ménage des surprises aussi agréables que grandioses.

A peine sur les flots de la rivière, dont les eaux fécondes se marient tous les jours avec l'Océan, il aperçoit les deux rivales de la frontière coquettement adossées à leurs collines et se mirant avec orgueil sur les eaux de l'une et l'autre rives. L'une, légère et galante, étale ses maisons blanches et neuves le long de la rive droite : l'autre, plus austère, montre sur la gauche, avec la fierté des anciens preux castillans, les cicatrices glorieuses de ses murailles délabrées dans de nobles combats. Ce sont Hendaye et Fontarabie. L'une a plus de grâce; l'autre, plus de noblesse ; l'une éclate et brille au soleil ; l'autre se recueille au contraire et se gaudit intérieurement, car toute sa gloire est dans son âme et dans ses blessures encore béantes : omnis gloria ejus ab intus. C'est le moyen âge avec ses grandeurs, écrasant les glorioles et les fanfreluches éphémères du siècle qui s'en va; c'est la gloire d'avoir su mourir mille fois, en face de la folle joie de vivre.

Regardez les flots qui s'animent sous les rames, laissez-vous bercer par leur cadence harmonieuse, rêvez sous le ciel bleu. Votre poitrine se dilate d'aise et s'ouvre aux douces émanations qui lui viennent de toutes parts, des eaux, de la montagne, de la mer.

Sentez-vous les secousses de la barque qui glisse, tourne et retourne comme une dorade d'un coup de queue? A,coup sûr vous vous croyez déjà dans les flancs d'une baleine, vous en éprouvez les émotions, et la barque n'existe plus pour vous. Vous êtes une de ces sirènes qui autrefois se montraient sur les vagues en furie et souhaitaient bon voyage aux marins attristés. La vie présente, ses soucis, ses amertumes, tout a disparu dans un rêve de chrysalide qui passe d'une vie à l'autre. La coque de Joaquin qui vous enferme encore va bientôt s'ouvrir. Relevez votre tête, sortez de l'onde d'azur. La fée enchanteresse de la nature étend au loin ses doigts magiques, et déroule l'immensité des cieux sur l'Océan. Elle y a semé des montagnes de nuages blancs qui festonnent l'horizon et vous donnent l'illusion des Alpes couvertes de neige. Tout à coup le joli clocher dentelé, ouvré, de Fontarabie, avec ses cloches qui chantent l'Ave, pousse sa pointe dans l'azur du ciel et vous rappelle à la terre : le clocher vous ramène à l'église, l'église a la ville, la ville à la montagne chargée de fermes blanches et de vertes prairies.

« Vous voyez, semble vous dire la cité vaillante, je ne suis pas seulement une ruine pleine de gloire, mais un séjour enchanteur : mes pieds baignent dans la Bidassoa et l'Océan ; mes blessures s'y sont lavées et guéries, et je suis assise sur les flancs du Mont Jaizkibel, fille séparée de la chaîne des Pyrénées, et qui, plantée entre Pasajes et mes terres fécondes, montre au loin ses tours carlistes en ruine, et la chapelle de Notre-Dame. Regardez encore derrière vous, sur les rives de France : Hendaye vous sourit toujours joyeuse; elle aussi a sa belle montagne au dos arrondi. Un peu sur la gauche s'élève la pointe de la Rhûne; à droite, les sommets de San Marcos, les Trois-Couronnes, l'Aya, San-Miguel, toutes les collines verdoyantes et fleuries, comme des jeunes filles, couronnées de jacinthe et de roses, dansent leur ronde devant l'Océan. Tandis que vous les contemplez encore, un léger choc sur le môle vous avertit que la barque a touché bord. Vous êtes à Fontarabie.

- Ici les effondrements des grandes murailles, les trouées des balles ennemies s'accusent davantage.

Vous gravissez une route montante et pierreuse et vous vous trouvez en face de la porte de la ville.

Recueillez-vous, voyageur, car en entrant dans cette enceinte, vous foulez aux pieds la cendre des héros. Sta viator, kerœm calchas. Sur la porte en-plein cintre domine l'écusson de la noble et loyale cité.

On y voit un ange avec une clef, un lion, un navire aux voiles gonflées sur les flots où se débat une baleine prise au harpon, une sirène avec un miroir, et un triton avec une grenade. Sur le milieu un petit écusson où s'élève une. tour surmontée de deux étoiles. La vierge de la Guadeloupe, patronne et protectrice de la ville, est assise sur tous ces attributs de valeur et de noblesse, qu'encadrent douze étendards en faisceau et quelques pièces d'artillerie. Cet écusson rappelle les vertus guerrières et la foi de la noble cité. Fontarabie sut s'en parer durant des siècles. Elle aussi, comme la mère des Gracques, à laquelle on demandait quelles étaient ses richesses, peut nous montrer ses fils avec orgueil : elle en garde le souvenir et les noms qui survivent à toutes ses ruines et qui les rendent glorieuses et immortelles. Ce sont : Diégo Isasi, Leiba, Ascue, Machin Arzu, Gustiz, Sanchez Venesa, Diego Butron, Izkierdo, Egma, Ubilla, Ladron de Guevara, Zuloaga de. Torrealta, Casadevante, Unza, Montaut, etc. Ces noms devraient être inscrits, comme ceux des généraux anciens, autour de l'écusson de la porte, véritable arc de triomphe que le temps leur conserve et semble leur destiner.

 

PORTE PRINCIPALE.

 

lalanne01

 

. En face de ces noms glorieux, je proposerais de graver ceux des capitaines français qui s'illustrèrent autour de ces murailles. La valeur fut grande de part et d'autre, et les grands noms des vainqueurs et des vaincus face à face, se donnent un regain de lustre et de gloire. Rien ne relève la vaillance du vainqueur, comme l'importance et la grandeur de celui qu'il a vaincu. Rien ne rend glorieuse la défaite comme le renom et l'importance du vainqueur. Il est humiliant de succomber sous les coups d'un adversaire sans lustre et sans gloire, mais il est glorieux d'être le vaincu d'un ennemi qui tient le monde dans sa main. Vainqueurs et vaincus se relèvent donc et s'ennoblissent en face l'un de l'autre ; ils s'ajoutent leur valeur réciproquement.C'est pourquoi je voudrais voir les héros français à côté des héros espagnols et basques. Ils ne sont pas, du reste, à dédaigner ; leurs noms sonnent bien dans l'histoire, car ce sont : Condé, le comte d'Agramont, Longueville d'Artois, Chatillon, de Lude Bouibet, le duc d'Épernon et son fils le duc de la Valette, le duc de Saint-Simon, le marquis de Forsa, etc.

 

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

Retour au sommaire                              Suite

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx