Dédée

Durant la deuxième guerre mondiale au 3, calle Marina à St Sébastien, Monsieur et Madame Armendariz ont mis à la disposition de  DEDEE une chambre de sûreté où se succèdent les agents de Comète en activité comme Dedée, ou les membres "grillés" comme Yvonne et Robert Lapeyre après les arrestations de Bayonne.
. C’est, dans cette chambre que Yvonne trouvera cette feuille tombée d’un livre, écrite de la main de Dédée. Elle la ressentit comment la profession de foi la plus intime d’une jeune âme vouée jusqu'à la mort au destin qu'elle s'est choisi.
· Yvonne s'interdira de divulguer cette lumineuse méditation jusqu'à la mort de Dédée. C'est dans les journées de deuils qui suivirent sa disparition qu'elle livrât ces lignes à la postérité tel le point d'orgue final d'une vie exceptionnelle.
Prés de 70 ans plus tard ces lignes n’ont pas pris une ride.

______________________________________

TESTAMENT DE DEDEE


Andrée de Joagh, fondateur Comète, peu de temps après la seconde guerre mondiale a pris fin et ont été libérés dans les camps de concentration nazis.

 

 

Je veux que ceux qui tiennent à moi lisent ces lignes si jamais je suis fusillée. Je veux qu'ils sachent que je ne regrette rien. Il se peut que devant la perspective de la mort je devienne lâche, et que je crie "au secours". Mais c'est maintenant, alors que je suis en pleine possession de mes forces, que je puis juger et décider, c'est maintenant que je puis, apprécier tout ce que la vie m'a donné, et que rien ne pourra me reprendre.
Que m'importe la mort maintenant ; naturellement la peur physique, subsiste, mais c'est tout. La crainte de mourir avant d'avoir fait quelque chose, avant d'avoir utilisé au mieux toutes mes possibilités tout ce que 20 ans de soins et, d'efforts ont pu me donner a disparu. Maintenant je suis pleinement heureuse, je ne voudrais pour l'instant céder ma place pour rien au monde ; j'aime ce travail, j'aime sentir le côte à côte de l'équipe que nous formons dispersée à travers trois pays, travaillant pour la même cause, animée des mêmes enthousiasmes et des mêmes affections. J'aime sentir la vie après le danger passé, et le court répit de quelques jours de sécurité relative. J'aime me sentir en forme prête à l'action, et j'aime sentir la confiance de ceux qui travaillent avec moi, et cette confiance je suis prêt à tout risquer pour continuer à la mériter.
Jamais la vie ne m'a tant donné, jamais je n'ai vécu avec autant d'intensité, et jamais je n'ai été aussi indifférente aux dangers courus et à la mort. L'indifférence à la mort donne une telle légèreté. Naturellement je sais que la peur physique, je ne l'éviterai pas, j'espère que j'arriverai à la dominer.
Et qu'importe le reste, puisque maintenant j'ai fait quelque chose de ma vie, puisque maintenant j'ai empêché que soient gâchées et perdues l' inutilement toutes les années d'efforts de ceux qui m'ont formée.
Maintenant je suis heureuse et je remercie tous ceux qui de près ou de loin en m'ont permis d'écrire cette joie ; jamais je n'ai trouvé autant de sens à la vie, et jamais je n'ai été aussi contente. Que m'importe l'argent, que m'importent tous les détails de l'existence, J'ai a enfin trouvé un travail que j'aime plus que moi-même, auquel je puis me consacrer. Seule la réussite m'importe. Maintenant enfin je pourrais lire "Terre des hommes" sans pleurer d'envie.
Si la guerre me laisse intacte je veux ne jamais oublier cette période, je voudrais pouvoir remercier quelqu'un, je voudrais pouvoir comme les croyants tomber à genoux et dire "merci mon Dieu" je me sens débordante de gratitude envers la vie. Parfois il me semble que la chaîne est trop grande pour moi, et que pour cela même il faut qu'elle m'abandonne. Mais qu'importe, j'ai eu ma part. Tout ce que je recevrai maintenant ne sera pas mon du, mais seulement un don extraordinaire pour lequel à chaque seconde je bénirai la chance ou la vie.
Andrée de Joagh, fondateur Comète, peu de temps après la seconde guerre mondiale a pris fin et ont été libérés dans les camps de concentration nazis.

_____________________________________________________________________

«IL fut le plus grand réseau de fugue en nombre d’évacués, le plus sophistiqué, celui ayant résisté le plus longtemps et au plus grand succès », selon la déclaration Peter Eisner dans son livre The Freedom Line. Près de 800 soldats doivent ainsi à la fantastique De Jongh –connue également sous le nom de Dédée et au surnom révélateur de Petit Cyclone – la liberté et la vie.

---------------------------------------------------

 

 

 


 

FILM durée 1 h 10

 


divers

__________________________________________________________________

Claudia Escudero y Francisco Garayar “Paco” hacia los años cuarenta. ... casado con Claudia Escudero, natural de Oyarzun, del caseríoArizluzieta Goikoa”,

___________________________________________________________________


______________________________

"Il logeait les premiers aviateurs de Comète passés en Espagne en attendant les véhicules du consulat ...... Deux aides : Patxi (Francisco Garayar ou Ocamica ?) ...

 

ANABITARTE ZAPIRAIN Tomás Espagnol originaire d'Hernani (Guipúzcoa), de la ferme Ostsuene-Aundia, né le 08 juin 1912, réfugié en France lors de la guerre civile. Maison Andresbaïts à Urrugne-Chelettes, Basses Pyrénées. Guide passeur de Hernani du groupe de Alejandro Elizalde. Assistant de Manuel Iturrioz . Décédé le 08 juin 1994 à Ciboure. Tomás Anabitarte échappera à la vague d'arrestation de juillet 43, suite à la liste des Basques "rouges" remises à Berlin.

 LE RESPONSABLE ESPAGNOL

ARACAMA AGUIRRE Bernardo
Epoux de Antonia SARASOLA (Espagnol) (file HS 6/223 at the National Archives, Kew, London) Né le 28 août 1898 à Zegama. Membre du syndicat basque ELA-STV, il est sur les listes électorales de 1936 et engagé comme chauffeur à Bibao au bataillo Saint-André du ELA-STV. Il s'est probablement exilé en France le 17 juillet 1937, a résidé à Ciboure une ou deux années en travaillant dans une aciérie de Saint-Médard-de-Guizières. Possédait un garage de réparations automobiles au 6 Calle Aguirre Miramon, à San Sebastian dans le quartier de Gros et logeait au n° 7 (5e étage à gauche). Il logeait les premiers aviateurs de Comète passés en Espagne en attendant les véhicules du consulat britannique de Bilbao. Ancien camarade de
Alejandro Elizalde depuis la Guerre d'Espagne, ils étaient tous deux sous surveillance policière. Il fut arrêté le 13 novembre 1943 par la Guardia Civil à Elizondo en Navarre, et passa un certain temps dans la prison franquiste de Ondaretta. En juin 44 il est condamné à Madrid et demeure en résidence surveillée. Il pourrait s'être expatrié à Saint-Jean-de-Luz. Elvire Morelle passa chez lui plusieurs mois de réhabilitation au début 42, après s'être cassé la jambe en revenant d'avoir conduit Osselaer, Henry et Hogan. Il est décédé à Donostia-San Sebastian le 21 février 1979.

ELIZALDE IRRIBAREN Alejandro 'Alexandre' Né à Elizondo (Espagne) le 01 février 1894. Etudes commerciales à Saragosse et travaille à San Sebastian à la compagnie d'assurance l'Union puis aux ventes chez Ford. S'installe à Garzain dans la vallée du Baztán. Surpris par la guerre civile à San Sebastian, il s'engage comme chauffeur aux milices basques de Guernica et y rencontre Bernardo Aracama. Ils libèrent ensemble 150 prisonniers franquistes. Evacué en France à Saint-Jean-de-Luz et trouve un emploi de chauffeur-cuisinier en 1939, il est présenté au Capt Moulia du 2e Bureau par le délégué basque Isaac López Mendizabal. Agent double, il surveille le capitaine Paul Longhi qui espionne pour les Allemands et aidera à son incarcération au Fort du Hâ de Bordeaux. Agent de Arnold Deppé présenté par le capitaine Moulia, il est chef de groupe de Ambrosio San Vicente et Martin Hurtado, et autres passeurs (Florentino, Tomás, etc.). Liaison Comète mars 42 pour Tante Go, arrêté le 13 juillet 43 à 12hr30 au café Prado de Léon Chardier. Le consul franquiste à Hendaye, Antonio de Aguirre, remet le 24 avril 42 une liste de séparatistes basques au Ministère des Affaires Etrangeres à Madrid. L'ambassadeur à Berlin remet cette liste le 24 mai 43 et provoque des arrestations par les Nazis. Il est interné à la Citadelle de Bayonne, à Fresnes puis à Compiègne et y déporté à Mauthausen, Kos de Melk et Ebensee. Libéré le 06 mai et rapatrié le 24 mai 45, marié sept enfants. 10 Rue St-Jacques à Saint-Jean-de-Luz.Devenu agent de Comète, il renseigne à peu près certainement Bernardo Aracama (ou est-ce Waucquez ?), ancien compagnon et Maritxu Anatol. Mort en France au sanatorium Marienia à Cambo des suites de sa captivité le 23 novembre 1946. Veuve Carmen Colau Marrodán, de Bilbao, est espagnole, mariés le 03 novembre 1923.

 

GOIKOETXEA BEOBIDE Florentino
Né à la maison Altzueta à Hernani (Espagne) le 14 mars 1888. Guide basque international France-Espagne depuis août 41 : 66 voyages pour 227 aviateurs et courrier par la ligne de Saint-Jean-de-Luz. Agent P2 dès août 41. Célibataire, BP à Ciboure. Espagnol basque exilé au début de la guerre civile sans raison bien précise. Il ne fut pas enrôlé dans les brigades républicaines et ne semble pas vétéran. Probablement trafiquant "recherché" par les autorités franquistes, il est interpellé par un garde civil nommé Pescara et s'enfuit en France à Ciboure, chez son amie Kattalin Aguirre et se consacre à la contrebande. Guide pyrénéen de
Alejandro Elizalde, celui qui a effectué personnellement une majorité des passages. Ses intinéraires étaient toujours les mêmes à partir de Urrugne : soit traversée de la Bidassoa devant l'ancienne gare de San Miguel, soit un peu plus loin à la passerelle d'Endarlaza si le rio Bidassoa est en crue, puis par Erlaitz et la tour de Pagogaña vers Oyarzun jusqu'à la ferme des Garayar. Il est présenté à Dédée par Bernardo Aracama pour rentrer en France après le premier voyage à Bilbao d'août 1941 (Tomás Anabitarte Zapirain, qui l'avait emmené en Espagne ayant disparu). Deux aides : Patxi (Francisco Garayar ou Ocamica ?) et Manuel Iturrios qui passeront 37 personnes en 12 voyages seuls avec les aviateurs. Florentino a également passé occasionnellement des personnes et du courrier pour le réseau français Margot de Marguerite de Gramont et le réseau Nana qui connaissaient aussi Kattalin Aguirre. En fin décembre 43, la nuit où Jim Burch et Antoine d'Ursel se noyeront, une grippe le fait remplacer par deux camarades, Martin Errazkin et Manuel Iturrioz. Il fut intercepté par une patrouille allemande en revenant d'Espagne le 30 juin 44, fut blessé de quatre balles aux jambes, à la cuisse et à l'omoplate et capturé. Son évasion de l'hôpital d Bayonne fut arrangé par 'Tante Go' comme un scénario de cape et d'épée, avec un faux officier allemand et une ambulance avec faux papiers autorisant le déplacement du prisonnier à une autre place (avec le policier Antoine Lopez et Jules Artola). Il se cache alors à Biarritz. Il obtient la nationalité française par décret du 30 avrl 1965, publié au Journal Officiel du 16 mai 65. Il est décédé en juillet 1980 à l'hôpital de Bayonne et enterré à Ciboure.

HALZUET Françoise Romaine 'Frantxia' Née à Vera (Espagne) le 29 août 1908. Veuve de Philippe USANDIZAGA en août 1939. Hébergeuse relais Comète depuis juillet 42. Agent P2 le 15 décembre 42, arrêtée le 14 janvier 43 avec Dédée et trois aviateurs. Habitaient la ferme Bidegain-Berri d'Urrugne d'où tous les départs avec les guides partaient vers les Pyrénées depuis six mois. Elle y subsiste de la culture son lopin et de ses vaches avec trois enfants et Juan Manuel Larburu, refugié originaire de Hernani qui l'assiste. Décédée à Ravensbrück le 12 avril 45. Ses trois enfants seront repris par leur tante, Mme Pourtau


ITURRIOZ Manuel Né à Orexa en 1902. Avant la guerre civile, il devient "Miquelete", sorte de garde provincial. Il combat pendant la guerre civile avec une unité d’Hernani, en Guipuzkoa puis en Biskaye (comme lieutenant puis comme capitaine). Fait prisonnier en Asturies par les franquistes, il s’évade après deux mois de prison à Ribadesella. Il rejoint San Sebastian puis par la montagne passe à Sare en pays basque nord. De Sare, il repart combattre à Barcelone sur le front du Ségré et de l’Ebro. La guerre perdue, il passe en France ou il est enfermé au camp d’Argelès sur mer. Il s’évade pour rejoindre St-Jean-de-Luz avec l’aide de la délégation du gouvernement Basque.
Ayant été blessé deux fois pendant les combats il est soigné à l’hôpital de la Roseraie (hôpital organisé par le gouvernement Basque). Il travaille à l’arsenal de Tarbes mais l’arrivée des Allemands le fait rentrer dans la clandestinité Il commence la contrebande et le passage de personnes au début de la guerre, pour le réseau Comète avec
Tomás Anabitarte. Ils passeront 37 personnes en 12 voyages avec les aviateurs et souvent avec Andrée De Jongh.
Il passera aussi les combattants du bataillon de Gernika qui combattront les Allemands en Gironde. (Paco de Eizagirre, Andrés Prieto etc…). Il se fait prendre par la police secrète (Bazan et Manzanas qui sera exécuté par l’ETA en 1968) le 22 avril 1942 à Renteria, alors qu’il est déjà recherché par la justice militaire. Il s’évadera le 24 avril et ira se cacher dans une grotte d’Oiartzun (à 10 kms du village en montagne) pendant prés de deux mois. Le mauvais temps l’oblige à se réfugier dans une ferme à côté de la grotte (Aritzluzieta
). Il épouse la plus jeune de la maison, Maria Asunzión Escudero, la sœur de Manuel et Claudia qui travaillent pour Comète, elle-même épouse de "Patxi" Paco Garayar.
Il reprend son activité de mugalari (passeur) et remplace Florentino Goikoetxea avec Martin Erraskin et "Franco" (Jean-François Nothomb) la nuit du 23 décembre 1943 où se noieront Burch et d’Ursel.
Il s'établit à Saint-Jean-de-Luz puis à Paris, fatigué de vivre clandestinement et fait venir sa femme et ses 2 enfants en 1946 le même jour,
l’un avec Paco Garayar par la mer, l’autre avec sa mère par Dantxarinea. Il ne retournera à San Sebastian qu’après la mort de Franco en 1981 où il y vivra jusqu’à sa mort en 1991.


Au loin, les marcheurs arrivent à Jauriko Borda, ferme de j.CD  sur la frontière


·'Le dernier passage', ce documentaire qui le remet en scène, sera diffusé par France 3 Aquitaine à 23h50 le mercredi 5 octobre, et il est l'oeuvre de deux jeunes femmes du Pays Basque sud, Enara Goikoetxea et Iurre Telleria.

Revenant sur cette épopée de solidarité et de fraternité, les deux réalisatrices décrivent ce réseau Comète, créé en 1941, afin de permettre aux pilotes alliés, dont les avions avaient été abattus en Belgique, Hollande ou au Nord de l’Etat français de traverser la frontière de l’Etat espagnol, par le Pays Basque Sud, afin de rejoindre Gibraltar.

Impossible de donner le nombre exact d'habitants du Pays Basque qui habergèrent chez eux des des aviateurs anglais et américains, quand les drames et les arrestations sont connus avec plus de précision.


Andrée de Jongh, membre de la résistance belge, est décédée


Elle avait organisé le Réseau Comète, un réseau de secours qui permit de sauver du nazisme plus de 800 soldats alliés

_________________________________________________________________

 

                                   

 

·Commentaires

·Elles se prénommaient Marga, Maria, Florentino Goicoechea ou Kattalin : des personnes qui n'avaient pas demandé à devenir connues, mais que les circonstances de la vie l’ont conduite vers un destin hors normes, celui du réseau Comète qui a vu beaucoup d'habitants du Pays Basque aider les aviateurs alliés à traverser l'Espagne, durant la Seconde Guerre Mondiale.

Le 15 janvier 1943, à Urrugne, Frantxa Uzandisaga, jeune veuve de 35 ans et mère de trois enfants, est arrêtée par l’armée allemande à son domicile, maison Bidegain Berri. Encadrée par deux soldats allemands, elle marchera dans la rue, les mains sur la tête, derrière le camion qui l’emmenait. Une scène dont se rappellent encore les Urruñar âgés.

Frantxa était une femme qui a su dire non, au péril de sa vie, acceptant que sa maison Bidegain Berri soit un relais du réseau Comète. Déportée au camp de Ravensbrück, elle mourra le 12 avril 1945, un mois avant la libération.

Les alentours de la cathédrale de Bayonne ont servi de décor à plusieurs scènes du film et l'on y découvrira le témoignage de Lucienne Saboulard, dernière survivante française du réseau Comète.

C'est dans cette même maison que son père, inspecteur du télégraphe, a hébergé à plusieurs reprises des aviateurs anglais et américains. Et c'est dans cette même maison que les Allemands sont, un jour, venus l'arrêter, ainsi que toute la famille. Elle n'avait pas 16 ans. Sa mère et elle-même ont été déportées à Ravensbruck, et son père à Buchenwald. Peu après sa libération il mourut du typhus à la Salpêtrière.

Ce témoignage vient en renfort du 70ème anniversaire officiel du Réseau Comète, et le Pays Basque Nord, par l'absence de stèles ou de plaques commémoratives, a sans doute encore un devoir de mémoire à faire revivre.


Florentino avait sans doute  dû oublié les bonnes manières de Buckingham

car :

Georges d'Oultremont, s'entretenant avec le colonel Rémy, se souviendra de ce voyage mémorable

"Avez vous goûté à ces haricots noirs que l'on mange au Pays Basque ,sortes de grosses fèves qui produisent un immanquable effet sur les intestins .. Florentino avait dû en dévorer tout un plat avant de se mettre en route .Il allait en tête , dans le noir le plus absolu ; tandis que nous marchions derrière lui à la file indienne .Soudain il s'arrétait et nous entendions " Chut  ..!.....           

Le Coeur battant, on croyait à une patrouille ennemie , mais un formidable BRRROUM !... retentissait...........dont l'écho allait se répercutant de montagne en montagne . C"était l'ami Florentino  qui venait de se libérer bruyamment des gaz accumulés par les fayots que digérait péniblement son estomac.Avant que nous fussions revenus de notre surprise il se retournait et disait :  " por Franco !  "                                                                             .Marguerite de Gramont , fondatrice du réseau " Margot " qui utilisait  aussi  les services de Florentino parle de lui en l'appelant " le pétomane ", ce qui n'était pas  un invconvéniant  quand on perdait le contact visuel dans le noir de la nuit, et aussi pour certains un réjouissement.                                      Jimenez de Aberasturi


Nothom   dit "Franco"

C'était  la ferme Sarobe  La  première après les trois Couronnes. C'est une ferme dans  laquelle vivaient je crois sept  personnes dont une seule femme.Tous les autres etant des hommes Aucun d'eux ne parlait l'espagnol.Ils ne parlaient que le basque. Seule la femme parlait un peu l'espagnol.A Oyarzun nous nous sommes arrétés dans une sorte d'auberge, de restaurant, d'estaminet, dont la patrone avait l'habitude d'accueillir Florentino.

En ce qui concerne les passages presque tous  se faisant par la route Endarlaza-Oyarzun-Renteria.A cette époque là il n'yavait pas de route des trois Couronnes à Oyarzun Il n"y avait qu'un chemin pour les fermes du coin, un chemin pour les chars à boeuf. Ce n'était pas un bon chemin.Il faisait le tour des 3 couronnes.

Il fallait huit heures de marche d'Urrugne à la ferme Sarobe.D'Urrugne à la Bidassoa quatre heures de nuit. On montair pendant envirron deux heures jusqu'à un sommet de 600 mètres depuis lequel on voyait la Rhune sur la gauche .Depuis là on devinait les lumières de Fontarrabie et celles de Saint Sébastien brillaient au loin dans le ciel. De là on descendait pendant encore deux heures.Après il nous fallaitencore quatre heures pour arriver à Sarobe, dans le quartier Altzibar d'Oyarzun , ou on se reposait

 

.On passait  la Bidassoa à la hauteur d'Enderlaza. On traversait la voie du train de la Bidassoa, la route de Pampelune, et puis ça montait très fort jusqu'à un chemin qui passait près d'une vieille tour qui datait des guerres Carlistes...Après avoir passé la rivière et avant de passer la route, il y a une vieille  petite maison appelée " San Miguel ", dont le nom est inscrit sur l'une des facades, et qui était une station du train de la Bidassoa.Après la route, il y avait à gauche, une pente qu'il fallait grimper.C'était difficile. Tout devait se faire   vite. Quand Florentino, au moment de traverser la route disait "No hay nada.Pasar " il fallait grimper très vite et sans faire de bruit.En haut commençait le chemin contournant les trois Couronnes et de là on prenait  le chemin descendan tà Oyarzun d'où on arrivait à la ferme,  puis à l'auberge d'Altzibar Il y avait alors une voie ferrée pour les mines. On la suivait pendant trois ou quatre kilomètres et on passait par un tunnel assez long et sombre .Un peu plus loin on arrivait à la ferme

A Enderlaza nous passions très  très prés de la garde civile, mais ils n'ont jamais pu nous attraper.Chaque fis que nous arrivions à la route, Florentino s'avançait , levait la tête pour voir si il y avait quelque chose...Jamais  je ne vis un espagnol. La seule fois ou nous avons eu des problèmes avec les espagnols  à été le jour du passage et du décès de Antoine d'Ursel dit "Jacques Cartier"  ou  ils tirèrenr 7 coups de feu.  Ils arrétèrent tout le monde sauf les deux guides basques..C'était la veille de Noël .


_________________________________________________________________________

1.700 agentes et collaborateurs formant le téseau  Comète, entre 1941 y 1949 ont sauvé la vie de 770 aviateurs alliés. Grace à eux, 228 combattants passeront la frontière basque pour rejoindre Londres  -- L Pero Comète también registró un alto número de bajas entre sus miembros y colaboradores. Fueron 216 las personas que murieron como

 

 

 

 

 

 

Retour au sommaire

 

 

 

 

---------------